L'amandier

Prunus Amygdalus (famille des rosacées)

Origine
Economie
Variétés
Plantation Taille de formation
Taille d'entretien Floraison Nouaison Irrigation Entretien Accueil
Récolte Ecalage Transport L'amande Recettes Documentation

Le verger du Mas Alart avec au loin les Albères

Origine: L' amandier est originaire du plateau irano-afghan. Sa culture est très ancienne (antiquité). Introduit en Egypte par les Hébreux et ramené en Europe par les Grecs, les Romains rapportèrent cette "noix grecque" tandis que les arabes la propagèrent sur tout le pourtour méditerranéen. L'amandier n'est réellement cultivé en France qu'au XVI e siècle.

Economie : Environ 450 000 t d'amandons (amandes décortiquées) sont produits dans le monde.
La Californie est le premier producteur mondial avec 250 000 t.
L'Espagne : 60 000 t , l'Italie : 40 000 t , la Grèce: 16 000 t .
Parmi les autres producteurs, on trouve l'Iran, le Portugal, le Maroc, la Tunisie, Israël, la Turquie. La production de ces pays est généralement absorbée par leur consommation intérieure.

La France importe plus de 90 % de sa consommation, malgré une relance de l'amandiculture française et la création par l'INRA de variétés avec des qualités gustatives et nutritives supérieures à celles des variétés californiennes ou espagnoles.

Variétés : Le programme de sélection sur l' amandier de l'INRA a permis de créer les variétés Ferraduel, Ferragnès, Lauranne. L'amandier est le premier fruitier à fleurir ce qui le rend sensible aux gelées printanières.
Les critères de sélection portent sur la floraison tardive, la productivité, la qualité des fruits, l'auto-compatibilité ( l'arbre peut être pollinisé par son propre pollen ).

Ferragnès: Variété de floraison tardive, autostérile, avec fruits de gros calibre à coque tendre. Arbre vigoureux à port élancé.
Pollinisée par Ferraduel, Ferrastar.

Ferrastar® (Cristar):Variété de floraison tardive, autostérile, avec fruits de gros calibre à coque dure en forme de coeur.
Arbre à port élancé. Pollinisée par Ferraduel, Ferragnès.

Ferraduel : Variété de floraison tardive, autostérile, avec fruits de gros calibre à coque dure de grande qualité gustative.. Pollinisée par Ferragnès, Ferrastar.


Lauranne®(Avijor), issue d'un croisement Ferragnès x Tuono, est une variété à floraison tardive, autofertile, à mise à fruits rapide, à production régulière, dont le fruit convient à toutes les utilisations industrielles . Arbre de vigueur normale à port légèrement retombant. Variété pollinisatrice de Ferragnès.
Ses fruits sont à coque dure d'un rendement au cassage de 30 à 38 %.
Elle est actuellement la variété la plus cultivée en France après Ferragnès.

Voir la page de pommiers.com pour d'autres variétés

Plantation : Le terrain idéal est assez plat, légèrement calcaire, sans humidité stagnante.
Il vaut mieux éviter les précédents culturaux ligneux (arbres, vigne, broussailles) ou attendre une année ou plus avec une culture annuelle.
Selon l'analyse de sol on apporte un amendement humique (fumier, marc de raisin...) et calcique (chaux, dolomie )
et une fumure de fond.
Un défonçage profond (70 cm) permet d'extirper toutes les racines ligneuses. Des reprises du labour croisées permettent de préparer le sol pour la plantation.
Le traçage se fait à 7m par 5m (ou 6m par 6m).
On plante en décembre ou janvier des scions issus de pépinières.
La plantation se fait à la bêche, en prenant garde de ne pas laisser sécher les racines à l'air.
Il vaut mieux praliner les racines en les trempant dans un mélange d'argile et d'eau.
Creuser un trou correspondant à la taille des racines du scion à planter. Y placer le jeune arbre, reboucher délicatement.
Il ne faut pas enterrer le collet du scion, bien tasser le sol puis arroser (environ 20 l par arbre) pour chasser l'air en contact avec les racines.

Taille de formation : La taille de formation se fait pendant les 2 ou 3 premières années.
La première année il s'agit de choisir 3 branches vigoureuses régulièrement espacées, assez hautes sur le tronc, de façon à dégager un espace pour la récolte mécanique future entre le sol et le départ des branches charpentières.
On coupe ces futures charpentières à mi-hauteur et on supprime les autres branches.
Sur les futures charpentières, on laisse les rameaux anticipés (ceux qui ont poussé dans l'année sur du bois de l'année aussi) qui sont bien placés vers l'extérieur. Idéalement il en faudrait un d'un côté, et un de l'autre. Dans la partie basse de ces futures charpentières, les anticipés sont raccourcis à quelques cm.

Taille d'entretien : La taille d'entretien consiste à nettoyer l'intérieur de l'arbre et à assurer de la lumière à toutes les branches. L'amandier fructifie surtout en bouquet de mai sur du bois de 2 ans et plus, mais peu sur du vieux bois.
Il vaut mieux assurer le renouvellement des branches fructifères.

Floraison : La période de la floraison est une étape primordiale du cycle annuel de l'arbre.Une gelée printanière dévastatrice pour la récolte de l'année peut se manifester lors de nuits calmes et dégagées, faisant suite à des périodes de tramontane froide.

Fin février, début mars, le verger fleurit,
se revêt de blanc et dégage
un parfum délicieux.
Il faut placer des ruches pour assurer la pollinisation croisée.
(10 ruches par ha)
Des apiculteurs louent ces ruches pendant la durée de la floraison.

 

 

 

 

 

 

Cliquer pour agrandir les images.

Verger du Mas Alart
Fleur et Canigou
Les ruches

Nouaison : C'est la période ou la fleur se transforme en fruit. Si la pollinisation a été bonne et s'il n'y a pas eu de gelée, le pistil des fleurs fanées grossit et se transforme en amande. Il faut alors bien veiller à l'alimentation en eau et en sels minéraux du verger. Le vent fait parfois tomber de jeunes amandes nouées.

Irrigation : L'amandier est un arbre méditerranéen, il résiste bien en conditions sèches, mais il est nécessaire de l'arroser si on veut une récolte conséquente.
Il faut l'arroser sur pratiquement toute la saison végétative. Un période importante est la phase de grossissement des amandes après la nouaison.
L'évapotranspiration vers les mois de juillet-août est proche de 5 mm par jour.
( Perte d'eau 5 m3 par jour et par hectare )

Entretien : Le verger doit être maintenu propre, sans enherbement excessif. ( concurrence pour l'eau ).
On peut couper l'herbe sur le rang avec un gyrobroyeur et désherber chimiquement une fois par an le rang.
On peut aussi sarcler régulièrement avec un outil de travail superficiel du sol . C'est une technique plus économique en eau d'irrigation cependant, le travail du sol blesse les racines.
En culture biologique, on doit en outre couper l'herbe sous les arbres ou passer un outil de travail du sol en croisant.

Récolte : La récolte en vert se fait manuellement en mai, juin.
Les amandes sont cueillies, triées, pesées, conditionnées et expédiées rapidement.

La récolte en coque a lieu en septembre, octobre, lorsque l'écale ( la partie verte qui entoure la coque ) est bien ouverte et sèche. On secoue alors les arbres avec un vibreur attelé au tracteur. Une pince entoure le tronc de l'arbre. On secoue quelques secondes et toutes les amandes tombent.
Il faut alors ramasser les amandes au sol. Certaines remorques de 10 m de long permettent
le ramassage des amandes grâce à des bâches qui se déroulent et s'enroulent.
Les remorques bâches assurent en outre l'écalage, et la mise en palox.

Ecalage :

Il faut séparer les coques des écales. Ce qui vient de tomber de l'arbre est placé dans une écaleuse, où les matériaux peu épais (feuilles, écales ) sont séparés par un passage rotatif dans un cylindre dont les parois sont des grilles.
Le bain de poussière est garanti...

Transport : Le volume d'amandes produit est important. 1 palox de 300 kg de coque a un volume de 720 litres.
Un hectare produisant 4 tonnes de coques permet de remplir environ 13 palox. Ces palox sont ensuite transportés au centre de groupage chez M. et Mme Gibbs puis acheminés sur la casserie Sud Amandes dans le Gard.

Cliquer pour
agrandir les images


L'amande : Les amandiers cultivés produisent des amandes douces.
L'amande douce est consommée en tant que fruit frais en juin, et en sec toute l'année. La récolte des coque sèches se faisant en septembre, octobre.
L'amande est riche en fer, magnésium, calcium, phosphore, potassium, vitamines ( E, B1, B2 ) et ne contient pas de sucre.
Elle est recommandée aux diabétiques, malades des reins, cardiaques, convalescents.

L'amandier sauvage produit souvent des amandes amères. Plus petite et surtout toxique ( elle contient de l'acide cyanhydrique), l'amande amère est utilisée en pharmacologie. Elle peut, à faible dose, renforcer d'une pointe d'amertume le goût d'une pâtisserie.

Recettes :

Recettes salées

Recettes sucrées

 

Documentation :

Un ouvrage est disponible au CTIFL

Nom de l'auteur C.GRASSELY H.DUVAL Date 1 - 6 - 1997
Résumé L’amandier, espèce méditerranéenne par excellence peut remonter parfois jusqu’à l’Alsace et la Région parisienne lorsque des microclimats le permettent. Bien que la culture commerciale subisse les aléas du marché mondial, elle peut être tout à fait rentable, si elle est placée dans des zones géographiques adéquates, et si elle est conduite comme le sont d’autres productions fruitières intensives. Cet ouvrage édité par le Ctifl donne un aperçu du marché de l’amande actuel, fait le point en 1997 des connaissances acquises sur cette espèce et souligne l’intérêt des variétés autofertiles récemment créées. Il nous apprend à connaître les conditions de culture idéales de cet arbre et aussi à reconnaître les accidents de parcours qui peuvent se produire. Nul doute que cette publication aura sa place autant dans la bibliothèque de l’arboriculteur que dans celle de l’amateur éclairé. Code de référence 21803
Prix 27 € Numéro ISBN 2-87911-083-1

Amandiers du Mas Alart sur fond de Canigou
Haut de page